Excite

Plantes de terre de bruyère : guide d'entretien

Qui n'a jamais succombé à la beauté de massifs multicolores plantés de camélias, rhododendrons et azalées ? Leur culture mérite qu'on s'y arrête.

Pour profiter au mieux de ces plantes particulièrement florifères et majoritairement à feuillage persistant, la terre dans laquelle elles seront plantées ne doit absolument pas être calcaire. Elles prospèreront à merveille dans la terre de bruyère car elles ont besoin d'un milieu acide. Le mieux est de leur réserver un endroit frais.

Que ce soit sur un talus ou au centre d'un massif, les plantes de terre de bruyère font la fierté de leur jardinier.

Le daphné rose, le rhododendron (qu'il ne faut jamais tailler) et l'azalée ne dépassant que rarement 1,20 mètre de hauteur ; magnolia arbustif à fleurs jaunes, blanches, roses, aucuba et houx qui, tous deux, se parent de baies rouges, andromède dont la floraison se présente en grandes grappe roses ou blanches et camélia à grosses fleurs blanches, rouges ou roses pour les arbustes pouvant atteindre 2,50 mètres.

Quant au magnolia (grandiflora) et à l'érable du Japon, ils dépassent 5 mètres. Enfin, hortensia et azalée de Chine, aux grosses fleurs dans de multiples variétés de couleurs, sont dotés d'un feuillage caduc.

Il est du plus bel effet de planter plusieurs de ces variétés afin d'obtenir une floraison sur une grande partie de l'année et différents coloris de fleurs et feuillage. Ces plantes de terre de bruyère ont l'avantage de résister (pour la plupart) au gel et sont réputées pour leur rusticité.

Elles se mettent en terre en automne et aiment, au printemps, un apport d'engrais contenant du chélate de fer à l'acidité bénéfique. En revanche, ces plantes supportent difficilement l'eau calcaire. Plantées dans un pot elles fleuriront même l'hiver.

Photo : Liz West (flickr.com)

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2018