Excite

Des pratiques illégales chez des administrateurs de bien

La Confédération de la Consommation, du Logement et du Cadre de Vie (CLCV) est une association créée en 1952 dans le but de défendre les consommateurs, notamment les locataires et copropriétaires. Elle vient de publier une étude sur les pratiques des administrateurs de bien, qui est un florilège d’abus en tout genre.

C’est ainsi qu’il peut arriver que l’administrateur de bien facture les états des lieux alors que ceux-ci sont déjà compris dans les frais d’agence. De la même manière, il est illégal de faire payer l’établissement de la quittance puisque selon la loi n°89-462 de juillet 1989, ce sont des charges qui sont comprises dans le loyer, au même titre que les relances.

Mais cela va encore plus loin puisque certains professionnels n’hésitent pas à faire payer le renouvellement de bail, la clôture du dossier – voire l’archivage du dossier. Dans le rapport de la CLCV, on mentionne également le cas d’administrateurs de bien qui sous-évaluent les charges pour les augmenter ensuite en arguant qu'elles sont difficiles à évaluer du fait que le logement a été réhabilité. De la même manière, une agence peut demander un chèque de réservation avant la signature du bail. Il est clair que les locataires ne sont pas en position de force face aux professionnels de l'immobilier et que toutes ces pratiques sont illégales. Si l’on pense en être victime, il est possible de se renseigner auprès des associations de consommateurs ou de saisir la commission départementale de conciliation, y compris après la signature du contrat de location.

Source Photo : Antkriz (flickr.com)

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2020