Excite

Crise immobilière Londres : les quartiers dans lesquels investir

Alors que la crise immobilière a atteint de manière plus vive le marché de l'immobilier à Londres qu'à Paris, il y a de véritables opportunités à saisir dans la capitale britannique. Constats et conseils.

Tandis que les prix à la vente ont chuté de 30% durant les deux dernières années de crise immobilière qu'a connu Londres, l'immobilier locatif s'y porte plutôt bien, avec une hausse moyenne des loyers d'environ 20% sur la même période.

Avec le rééquilibrage de la livre sterling vers l'euro, cette conjoncture de crise rend le marché de l'immobilier londonien particulièrement attractif pour les investisseurs français, ce qui n'était plus arrivé depuis longtemps.

Il s'agit donc de concrétiser un investissement locatif, en prenant en compte la durée du bail emphytéotique à laquelle est soumis le bien immobilier (généralement de 50 à 99 ans).

Les quartiers les plus chers demeurent attractifs (Knightsbridge, South-Kensington, Mayfair, Chelsea...), mais nous avons distingué deux autres secteurs qui nous paraissent plus particulièrement adaptés pour réaliser un investissement locatif en profitant au mieux de la conjoncture de crise que traverse l'immobilier à Londres :

  • Earl's Court— pris en sandwich entre Chelsea et Kensington, ce quartier, moins cher, agrège leurs ambiances ;
  • Fulham, limitrophe de Chelsea.


Et, tandis que le vent de la crise immobilière continue de souffler sur Londres (3 quarts de transactions en moins), n'hésitez pas à vous rendre sur place pour humer les dernières tendances du marché de l'immobilier de la capitale britannique.



Source photo : Hoodrat (Flickr.com)

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2016